[Avis en cours] SukaSuka: un début plus qu’encourageant!

Animé en cours de diffusion pour cette saison Printemps 2017, SukaSuka est l’adaptation d’une série de light novels écrite par Akira Kareno et illustrée par Ue: le premier tome a été publié en Novembre 2014. Adapté par C2C et satelight, l’animé est en cours de diffusion en simulcast sur Crunchyroll.fr .

Comme pour l’artcile sur Saga of Tanya the Evil, je ne peux pas vous laisser lire le synopsis qui en dit encore beaucoup trop et pourrait gâcher le plaisir de la découverte.  Alors pour résumé:

Cela fait plus de 500 ans que la moitié de la population humaine s’est éteinte des mains des redoutables et mystérieuses «Bêtes». Les espèces survivantes, à l’apparence bestiale, construisent maintenant leurs maisons et leurs villes sur des îles flottantes dans le ciel, pour rester hors de portée de toutes les Bêtes hormis les plus mobiles. Willem est un jeune humain qui vit caché des autres habitants de la 28e île céleste, jusqu’au jour où il tombe sur Chtholly, une jeune fille à l’apparence humaine. Il est amené à vivre sur la 68e île la plus éloignée de l’archipel où il découvrira des armes bien particulières soigneusement conservées par l’armée et destinées à combattre les Bêtes ayant décimé l’espèce humaine.

WikipediaCrunchyroll.

Avec actuellement 5 épisodes diffusés, SukaSuka est vraiment un très bon animé (pour le moment). Servi par une direction artistique de qualité, cette série arrive à alterner  des situations plutôt légères et d’autres bien plus matures, avec un propos plus profond que pourrait laisser présager le premier épisode. A ranger dans la catégorie “Tranche de vie”, SukaSuka traite aussi bien de la tolérance que de l’amour: que ce soit en suivant Willem ou les personnes qu’il accompagnera, l’animé réussit à nous transporter dans la vie des protagonistes, à nous impliquer et à nous questionner.

En lançant l’animé, je m’attendais à quelque chose de léger, sans prise de tête. Et j’ai vraiment était surpris positivement par l’évolution du scénario: malgré ses scènes colorées, la série aborde des thèmes matures sans (trop) tomber dans les clichés, et en plus, c’est bien fait.

L’ histoire est accrocheuse sans être compliquée: le scénario pose les bases dés les premiers épisodes, et laisse le temps à l’animé de répondre petit à petit aux questions laissées sans réponses. Cela s’enchaine sur un bon rythme, avec en plus l’ajout de nouveaux éléments, enrichissants l’intrique et l’univers qui semble un peu inconsistant au début. Le fait que le monde soit composé de différentes espèces à l’aspect bestiale permet d’éviter (en partie) d’avoir le même genre de personnages que dans une grande partie des œuvres de japanimation. Même si les protagonistes restent attachants, il n’en reste pas moins que notre “héros” peut passer pour commun, avec son coté “homme torturé: heureusement que son background est plus original.

Avec un chara design que j’ai trouvé plutôt classique, voir un peu “rétro”, il reste plutôt agréable à l’œil. Par contre, il est vraiment regrettable que la qualité de l’animation et du dessin soit autant inégal: malgré un bon début,lors de certaines scènes (notamment pour l’épisode 4), on peut avoir un visage très bien dessiné avec des mains quasiment carré … Dommage. Mais, pour être totalement objectif, il me semble que cela ce soit un peu amélioré sur le dernier épisode.

Bon, cette série ne sera pas un chef d’oeuvre, mais si elle continu à faire monter en puissance l’histoire, sans trop pousser l’aspect “mignon” /”monde des bisounours” , SukaSuka pourrait être un de mes coups de cœur de cette saison.

Je recommande … Beaucoup!

Une pensée sur “[Avis en cours] SukaSuka: un début plus qu’encourageant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *